La Traversée, sortie le 31 octobre 2012

Un film de Jérôme Cornuau, avec Michaël Youn, Fanny Valette, Emilie Dequenne, Pauline Haugness…

Bande-annonce:

Synopsis:
Lola (Pauline Haugness), une fillette de 8 ans, en vacances avec sa mère, Sarah (Emilie Dequenne), en Ecosse, disparaît mystérieusement. Le père, Martin (Michaël Youn) rejoint sa femme et ne comprend pas cette disparition, qui laisse les parents désespérés. Deux ans plus tard, ces derniers sont séparés, le père se néglige, et la mère prend contact avec lui pour lui annoncer que Lola est retrouvée au même endroit où elle avait disparu. Elle a été retrouvée saine et sauve, mais elle ne parle plus. Martin entreprend un voyage pour retrouver sa fille, et essayer de trouver des réponses à ses questions. Cette traversée jusqu’en Ecosse, et surtout pour en échapper prend une autre dimension, alors que le personnage se sent menacé.

Mon avis:
Ce thriller que nous propose Jérôme Cornuau met en scène le personnage de Martin en tant que père désespéré par la disparition de sa fille. Les parents sont bien sûr affectés et se séparent, et alors que le père sombre dans l’alcool et abandonne son travail d’avocat, la mère semble quant à elle être capable de continuer sa vie. Deux ans plus tard, lorsqu’elle annonce à Martin que leur fille est retrouvée, le père se met en route pour l’Ecosse, mais il trouve un mot de sa femme déclarant qu’elle ne peut faire ce voyage avec lui. Les retrouvailles avec Lola sont émouvantes, mais cette dernière reste complètement muette et agit étrangement. Le trajet inverse pour quitter l’Ecosse est entrepris par le père et la fille, qui rencontrent toutefois une mystérieuse jeune femme, Norah (Fanny Valette) qui a pour mission de s’approcher d’eux.

On découvre le personnage de Martin de dos et il se dévoile de face assez tardivement pour un personnage principal. Le spectateur voit d’abord et souvent par dessus son épaule, jusqu’à s’identifier à lui. Michaël Youn est surprenant dans un rôle aussi dramatique, dans lequel on n’est pas habitué à le voir. A l’issue du film, on comprend cette mise en scène et pourquoi c’est au travers du regard de Martin que l’histoire commence et s’achève, car sans lui, il n’y a pas d’histoire. La relation père-fille est superbement bien jouée par les deux acteurs, et un réel lien se crée entre eux, palpable quand on regarde le film.

La traversée c’est donc le trajet qu’entreprend ce père pour rejoindre sa fille, c’est aussi celle effectuée sur ce paquebot pour quitter l’Ecosse, mais qui doit finalement faire demi tour pour retourner vers ce lieu énigmatique. La traversée, c’est surtout une quête de la vérité. Et à la fin la traversée c’est plus précisément la recherche d’un lieu (je ne vous en dis pas davantage, pour garder l’effet de surprise). Ce père inquiet et qui ne quitte plus sa fille illustre cette paranoïa qui s’installe et qui est aussi provoquée par le paysage brumeux de l’Ecosse. L’ambiance y est mystérieuse et froide, la lumière est rare, faisant de cette île le lieu même du questionnement.

Par ailleurs, la musique est très présente, et j’aime ces beaux moments mis en avant en musique comme lorsque Norah explique à Lola ce que les sons d’un piano symbolisent pour elle. Cet échange entre les deux est mise en scène avec des jeux de lumière et d’ombre. Ce que j’apprécie dans le film c’est qu’il n’y a pas de tentative d’explication psychologique ou morale. L’intrigue est ce qui guide notre traversée dans le film. La vérité troublante est révélée un peu trop rapidement à la fin, selon moi, et j’aurais peut-être préféré davantage de suspense et de doute autour des personnages. On se pose toutefois beaucoup de questions tout au long du film, et on finit par comprendre les aspects sombres qui ont attiré notre regard auparavant (ou pas). Un bon film à voir donc, notamment pour le rôle de Michaël Youn. Alors, qu’en pensez-vous après avoir vu la bande annonce? Irez-vous voir ce film?

Related posts:



Cinéma / musique | un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un commentaire pour “[Critique] La Traversée

  1. MARIE Christine

    Bonjour,
    La petite chanson au piano entre Lola et Norah m’a touchée. Est-il possible de savoir comment la retrouver, svp ? (titre, cd, YouTube … ?).
    Merci énormément. Bien à vous. Christine.

    Répondre