Divergente: L’Insurrection, sortie le 18 mars 2015

Affiche critique review Divergente 2 Linsurrection Insurgent

Un film de Robert Schwentke avec Shailene Woodley, Theo James, Kate Winslet…

Bande-annonce:

Synopsis:

« Dans un monde post-apocalyptique où la société a été réorganisée autour de 5 factions (Audacieux, Érudits, Altruistes, Sincères et Fraternels), Tris a mis au jour un complot mené par la faction dominante, les Érudits, dirigés par Jeanine. Abandonnant une ville à feu et à sang, à la recherche d’alliés, Tris et Quatre sont désormais traqués par les autorités. Jeanine décrète la loi martiale pour anéantir les Divergents, tandis que la guerre entre les factions prend de l’ampleur. Pourquoi les Divergents sont-ils une menace pour la société ? La découverte d’un objet mystérieux, hérité du passé, pourrait bien bouleverser l’équilibre des forces… »

Mon avis: 

J’ai eu la possibilité de voir le film Divergente 2: L’Insurrection, la suite de Divergente, sorti en 2014, il y a quelques jours en avant-première. Il s’agit une suite directe du premier, l’histoire débutant seulement 3 jours après la fin du premier film. Pour ne pas trop perdre le spectateur, le film rappelle les événements marquants de la fin du premier: la mort des parents de Tris et de son ami Will qu’elle a tué elle-même pour se défendre. On retrouve le couple Tris et Quatre, dont le vrai nom est Tobias Eaton, qui ravira certainement les plus jeunes. Il faut dire que le film s’adresse avant tout à un public d’adolescents (dans la même veine que Hunger Games). Je regrette les longs passages un peu niais qui s’attardent sur leur relation.

Photo Critique Divergente 2

Toutefois, on ne peut reprocher au film le manque d’action, puisque les scènes d’actions s’enchainent, dont la plupart ont lieu lors de simulations qui donnent lieu à des hallucinations, qui ont l’air bien réelles. Certains verront des imitations de Matrix, mais j’ai trouvé les effets spéciaux pas mal, alors que je n’ai pas vu le film en 3D, qui doit sublimer les décors. J’ai trouvé par ailleurs que le film s’attardait trop sur la culpabilité qui ronge le personnage de Tris, ce qui confère un aspect sombre à cette suite. Si j’avais peur que le film ne fait que montrer sa fuite incessante pendant tout le long, j’étais agréablement surprise par le déroulement des événements, qui nous plonge dans la découverte des factions (les érudits, altruistes, audacieux, fraternels et sincères sans oublier les « sans factions »).

34397.cr2

D’ailleurs, de nouveaux personnages font leur apparition, alors que l’on retrouve Kate Winslet, parfaite dans son rôle de blonde froide, prête à tout pour conserver le pouvoir. Tris, incarnée par Shailene Woodley, attire la sympathie du spectateur et forme un couple idéal avec Theo James, qui dévoile néanmoins une facette obscure. Soulignons également le trio d’acteurs connus qui endossent le rôle de leaders des factions (Octavia Spencer-La Couleur des sentiments, Naomi Watts-Birdman et Daniel Dae Kim – Lost, Hawaii Five-0). Divergente 2: L’Insurrection est donc un film divertissant, mieux rythmé que le premier, et dont la fin vous donnera certainement envie de voir le prochain.

49052.cr2

J’ai hâte de savoir si vous aurez le même avis que moi sur ce film.

Related posts:



Cinéma / musique, Loisirs | 4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires pour “[Critique] Divergente 2: L’Insurrection

  1. Rachel

    Pour avoir lu les 3 tomes de ce livre, je trouve que ce 2ème opus est mieux fait que le premier, même si je trouve que l’histoire est toujours aussi édulcorée que celle du livre. Car dans le livre, on ressent l’immense sentiment de culpabilité de Tris qui la ronge et a des impacts négatifs sur sa relation avec Quatre. Mais j’ai passé un bon moment quand même!

    Répondre

    1. Aicha

      Je n’ai pas lu les livres, donc contente d’avoir ton avis! C’est marrant le fait que dans le livre, la culpabilité est plus grande. Dans le film, j’ai trouvé qu’on s’attardait justement trop dessus. La relation avec Quatre est en effet hyper édulcorée. Moi aussi, j’ai aimé. xx

      Répondre