The Mortal Instruments: La cité des ténèbres, sortie le 16 octobre 2013

THE-MORTAL-INSTRUMENTS_120x176_VISAGES

Un film de Harald Zwart avec Lily Collins, Jamie Campbell Bower, Robert Sheehan, Lena Headey, Jonathan Rhys Meyers…

Bande-annonce:

Synopsis:
Le film commence par un aperçu de la vie de l’adolescente Clary à New York, qui lors d’une soirée assiste à un meurtre brutal et surtout inimaginable. En effet, le corps de celui qui est agressée disparaît en quelques secondes, plongeant Clary dans une confusion qu’elle conserve pendant un moment en découvrant un monde parallèle à celui des humains, où une opposition règne entre des êtres démoniaques et ceux connus comme les Chasseurs d’Ombre. Un jeune homme, Jace, accompagne Clary dans cette découverte, étant lui-même Chasseur d’Ombre, et à deux ils vont devoir déjouer un plan que Clary n’aurait pas soupçonnée.

Mon avis:
The Mortal Instruments: La Cité des Ténèbres est adapté du premier volume du même nom des romans de Cassandra Clare. Ma critique est objective, n’ayant pas lu le livre et n’ayant donc pas de point de comparaison. Le film est inscrit dans le paysage contemporain urbain de New York, qui malgré le réalisme de ce cadre nous dévoile un monde sombre où des Chasseurs d’Ombres, mi-anges, mi-humains, mènent une guerre interminable contre les démons et les Créatures Obscures, qui incluent les sorciers, loups-garous et vampires. Le film reprend le monde contemporain pour nous montrer que tout ce qu’on nous a raconté étant petit, à propos des créatures et monstres divers, est vrai. Dès le début, on se pose donc une question essentielle du genre, car on a un peu l’impression que le film absorbe toutes les créatures fantastiques communes. Il nous faut également quelques minutes pour comprendre le lexique des créatures présentées, les pouvoirs, leur histoire, les runes, etc… Si le réalisateur explique qu’il a choisi de partir des personnages plutôt que de commencer par le genre, l’amateur de fantaisie est un peu frustré, lorsque certains détails sont omis au profit de l’action pure et simple à travers des bagarres avec des armes, au lieu d’utiliser la magie. Les scènes d’action deviennent alors un peu ennuyeuses, surtout lorsque l’issue est évidente.

964279 - THE MORTAL INSTRUMENTS: CITY OF BONES

Nous retrouvons néanmoins un beau casting, avec dans le rôle principal de Clary, Lily Collins qui a récemment tenu le rôle de Blanche Neige, aux côtés de Julia Roberts; Jamie Campbell Bower dans le rôle de Jace qui a fait des apparitions dans Twilight et incarné le roi Arthur dans la série Camelot, aux côtés d’Eva Green; ou encore Lena Headey (Cersei Lannister dans la série Games of Thrones), dans le rôle de la mère de Clara, Jocelyne, et Jonathan Rhys Meyers (Henri VIII dans la série The Tudors) en tant que Valentin. Par contre, on est quand même lassé des histoires d’amour d’adolescents avec un personnage comme Jace, qui incarne le rôle du blond ténébreux gothique qui séduit d’emblée l’innocente − et complètement aveugle, car elle ne perçoit pas les sentiments de Simon—Clary.

Jonathan Rhys Meyers

Les comparaisons avec Harry Potter, Twilight ou encore Percy Jackson sont aisées, et ont pour résultat de dévaluer le film. On y trouve les mêmes éléments du jeune adolescent  ordinaire qui se retrouve avec des pouvoirs et une destinée, un monde parallèle insoupçonné et invisible aux humains, le triangle amoureux…Le sentiment de déjà-vu est bien présent lorsque le réalisateur fait appel à des éléments qui ont fonctionné ailleurs, l’opposition vampires et loups-garous (Twilight), un institut ou « école » qui forme les jeunes (d’ailleurs l’infirmerie est similaire à celle de Poudlard de Harry Potter), la romance et un amour impossible (Twilight). Toutefois, le film reste intéressant surtout lorsque l’on ne connaît pas l’histoire, et le suspense reste présent, si bien que l’on voit pas les 2 heures passer et au final, on a droit à un réel divertissement, grâce à l’action et quelques scènes humoristiques.

THE MORTAL INSTRUMENTS_120-1

Connaissiez-vous ce film, ou les romans de Cassandra Clare?

Related posts:



Cinéma / musique, Loisirs | 6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 commentaires pour “[Critique] The Mortal Instruments: La cité des ténèbres

  1. CvsII

    Tu as été trop gentille dans ton avis

    La bande annonce donne vraiment envie de voir le film, on s’attend a quelque chose de vraiment bien. Le casting est top, l’image, effets soeciaux pas mal du tout. Les photos et BA donnent l’eau à la bouche! Étant friande de science fiction j’avais hâte de voir ce film.

    Mais quelle déception !!! J’ai rarement vu une daube pareille! Est ce une parodie des films fantastiques pour ados?! Car celui là il touchait le ponpon…
    Très déçue :) je me demande pourquoi ces acteurs (la plupart connus) ont accepté le script. Ils se sont sans doute dit que c’était le nouveau twilight et que l’impact serait du même acabi.

    Je découvre ton blog grâce a ton post sur l inStagram de Laura

    Répondre

    1. Aicha

      Mais non, je suis sincère, car ça reste un bon divertissement. Mais ça ne pourra jamais égaler les autres films de fantaisie à succès, auxquels on pense inévitablement. Bienvenue à toi sur le blog, j’espère qu’il te plaira! :)

      Répondre

  2. Matoushi

    Ton avis confirme mon impression, rien qu’à l’affiche le film me paraissait un peu kitschouille sur les bords, surfant sur la vague fantasy plus par intérêt que par passion… Merci pour ta critique, ça m’évitera de dépenser 10€ haha ;)

    Répondre