Samba, sortie le 15 octobre 2014

Affiche Samba

Un film de Eric Toledano et Olivier Nakache avec Omar Sy, Charlotte Gainsbourg, Tahar Rahim, Izia Higelin, Issaka Sawadogo, Hélène Vincent.

Bande-annonce:

Synopsis:

« Samba, sénégalais en France depuis 10 ans, collectionne les petits boulots ; Alice est une cadre supérieure épuisée par un burn-out. Lui essaye par tous les moyens d’obtenir ses papiers, alors qu’elle tente de se reconstruire par le bénévolat dans une association. Chacun cherche à sortir de son impasse jusqu’au jour où leurs destins se croisent… Entre humour et émotion, leur histoire se fraye un autre chemin vers le bonheur. Et si la vie avait plus d’imagination qu’eux? »

Mon avis:

Trois ans après Intouchables, le duo Eric Toledano et Olivier Nakache reviennent avec Omar Sy dans Samba. Détrompez-vous, le film ne parle pas de la danse, mais nous offre le récit de Samba (Omar Sy), un immigré sénégalais en France et ses déboires pour obtenir des papiers. Il fait la rencontre d’Alice (Charlotte Gainsbourg) qui loin de tenter de l’aider au début, tente de se reconstruire après un burn-out. La relation qui s’installe entre les deux personnages introduit le thème du rapport au travail, l’un cherchant par tous les moyens à travailler, représentant du groupe d’immigrés, qui lutte au quotidien, et l’autre qui a la chance d’avoir un emploi, mais qui ne sait le gérer, représentante de cette classe de la société privilégiée. L’inscription de plusieurs scènes au coeur d’une association qui aide les immigrés, permet de voir un monde méconnu du grand public. Si les conditions de travail des bénévoles peuvent sembler difficiles, certains scènes drôles mettent pourtant l’accent sur de réels problèmes.

Photo Omar Sy Samba

Ainsi, on découvre le quotidien des sans-papiers, qui vivent dans la peur, leurs galères à la préfecture à attendre des heures dans la nuit (ça je connais personnellement!), le fameux OQTF (obligation de quitter le territoire français) qui laisse la personne libre après une détention, alors que celui-ci n’a certainement pas les moyens de partir, le lieu de ces détentions à côté de l’aéroport Charles de Gaulle, et bien sûr leur rapport au travail et le lieu de ces emplois précaires (les chantiers, les centres de tri à ordures, les échafaudages) où se révèlent des travailleurs de l’ombre. Rassurez-vous, les réalisateurs affirment ne pas vouloir faire passer un message. Certaines scènes sont réalistes et permettent d’avoir un aperçu de ces personnes qui viennent tous d’un milieu très différent, et qui pourtant cherchent à travailler. Le film oscille entre scènes légères (la photo ci-dessus avec le magazine « Cheval » n’est pas choisie d’une manière anodine…) et d’autres plus touchantes qui font néanmoins réfléchir sur les possibilités de ces rencontres inaccoutumées. Il ne s’agit pas d’une apologie des sans-papiers ou des victimes de burn-out, car on nous présente avant tout des êtres humains, avec des qualités et des défauts.

Charlotte Gainsbourg Omar Sy Samba

2014-09-09_17-50-55__I7A1970

Le film est réussi, selon moi, grâce à ce savant mélange des genres. Le duo Omar Sy/Charlotte Gainsbourg, un sans-papier et une victime de burn-out, est en effet improbable et au final fonctionne bien. L’accent africain d’Omar Sy, qui confirme son talent dans ce film, n’est pas choquant, et colle à son personnage, alors que Charlotte Gainsbourg, joue parfaitement le rôle de la dépressive. Les rôles secondaires ne sont pas délaissés, puisqu’on découvre une pétillante Izia Higelin et surtout un charismatique Tahar Rahim, pour qui j’ai un réel coup de coeur dans Samba. Je vous conseille vivement d’aller le voir, si vous souhaitez voir un film drôle et touchant à la fois (regardez la bande-annonce, la scène sur les échafaudages à la Défense est ma préférée!).

Merci à Gaumont pour l’invitation à la projection et pour le cocktail!

Photo film Samba

Related posts:



Cinéma / musique, Loisirs | 4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires pour “[Critique] Samba

  1. auroreinparis

    Je viens de lire une critique négative du film, avec la tienne ça équilibre. Néanmoins dans les sorties de ce mercredi il n’est pas le film qui me tente le plus. Je verrai si j’ai le temps de le caser dans mon emploi du temps !

    Répondre