Her, sortie le 19 mars 2014

her_affiche

Un film de Spike Jonze avec Joaquin Phoenix, Amy Adams, Rooney Mara, Olivia Wilde et la voix de Scarlett Johansson.

Bande-annonce:

Synopsis:

« Los Angeles, dans un futur proche. Theodore Twombly, un homme sensible au caractère complexe, est inconsolable suite à une rupture difficile. Il fait alors l’acquisition d’un programme informatique ultramoderne, capable de s’adapter à la personnalité de chaque utilisateur. En lançant le système, il fait la connaissance de ‘Samantha’, une voix féminine intelligente, intuitive et étonnamment drôle. Les besoins et les désirs de Samantha grandissent et évoluent, tout comme ceux de Theodore, et peu à peu, ils tombent amoureux… »

HER

Mon avis:
Avec 5 nominations aux Oscars et le prix du meilleur scénario original, Her est certainement un film qui vous surprendra. Peut-on tomber amoureux d’un OS (Operating System-Système d’exploitation), d’un logiciel révolutionnaire, capable de s’adapter à vos besoins d’organisation, mais aussi émotionnels? Telle est la question que l’on peut se poser en regardant Her puisque l’histoire commence réellement lorsque le personnage Theodore initialise ce logiciel qui évolue en fonction de son utilisateur. Outre le logiciel révolutionnaire, on a également un aperçu de ce futur avec des boulots modernes, des jeux interactifs qui s’invitent physiquement dans le salon, et la ville moderne de Los Angeles, proche de nous et éloignée en même temps par des détails technologiques, comme la possibilité de prendre le métro pour quitter la ville et rejoindre la plage, ou la montagne.

her07

Contrairement à ce que ces détails peuvent laisser présager, il ne s’agit pas d’un film de science-fiction, mais d’un drame avec au coeur une romance. Scarlett Johansson est surprenante, avec sa voix uniquement, incarnant le logiciel, faisant transparaître une personnalité, des émotions, de l’humour. Il faut donc voir le film en VO pour ressentir le jeu vocal de l’actrice. Toutefois, Her est un film qui peut déranger, explorant d’une manière originale les sentiments humains, et le rapport envers la technologie. Tout comme l’on peut apprendre à voir le monde différemment avec un être dont un tombe amoureux, Samantha, l’OS, permet cela à Theodore. Cette interaction, comme une réelle relation de couple permet aussi aux deux êtres d’en savoir plus sur eux-mêmes. Les relations virtuelles sont opposées aux flashbacks évoquant la relation bien réelle et physique de Théodore avec son ex-femme, mais qui était incompatible à ses attentes. Au contraire, les échanges avec Samantha prennent des formes variées que je vous invite à découvrir, et qui sont étrangement intéressantes, comme lorsque l’on découvre la naissance de sentiments dans un couple.

HER

J’ai trouvé pour ma part certaines scènes très longues, surtout lorsque Theodore est seul. Le réalisateur a certainement voulu nous montrer la solitude du personnage, et dès qu’il communique avec Samantha, il revit, et le public partage également ce sentiment à travers le rythme du film. Her nous offre une vision inquiétante de l’évolution des rapports de l’homme envers les autres, et envers la technologie, car Theodore n’est pas le seul à succomber à un OS. Malheureusement, ce monde avancé, offrant un confort matériel et technologique, isole paradoxalement les hommes.

her05

J’aimerais bien avoir votre avis: avez-vous vu ce film, ou avez-vous l’intention de le voir? Je n’ai pas parlé de l’excellent jeu des acteurs, et Amy Adams que j’adore. La fin me laisse perplexe, n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez.

Related posts:



Cinéma / musique, Loisirs | 6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 commentaires pour “[Critique] HER