Spy, sortie le 17 juin 2015

Affiche critique review film Spy

Un film de Paul Feig avec Melissa McCarthy, Jason Statham, Rose Byrne, Miranda Hart, Bobby Cannavale, Allison Janney, Peter Serafinowicz, Morena Baccarin et Jude Law.

Bande-annonce:

Synopsis:
« Susan Cooper est une modeste et discrète analyste au siège de la CIA. Héroïne méconnue, elle assiste à distance l’un des meilleurs espions de l’agence, Bradley Fine, dans ses missions les plus périlleuses. Lorsque Fine disparaît et que la couverture d’un autre agent est compromise, Susan se porte volontaire pour infiltrer le redoutable univers des marchands d’armes et tenter d’éviter une attaque nucléaire… »

Mon avis:
Encore un énième film d’espionnage, me diriez-vous? Si Spy se présente d’emblée comme un film d’espionnage par son titre, le film s’inscrit plutôt dans la lignée des films parodiques. Il y a en effet quelques clins d’oeils à James Bond, des scènes à l’étranger, de Rome à Paris, en passant par Budapest, des scènes d’action, et quelques gadgets, mais le protagoniste, Susan Cooper (Melissa McCarthy) est bien loin du stéréotype de l’espion parfait, représenté plutôt par Bradley Fine (Jude Law). Au fond de son bureau miteux de la CIA, Susan guide l’agent Bradley Fine, qui lui est sur le terrain. Le film offre malgré lui une image dégradante à la femme, d’un côté avec Susan, et son physique éloigné de ceux des espions classiques, sur lequel on s’attarde, qui s’attache à Fine, jusqu’à avoir des sentiments pour lui, et ce dernier qui la manipule, malgré le duo idéal qu’il forme en tant que collègues. Jude Law est séduisant physiquement mais son personnage est assez détestable.

SPY-03508.CR2

Aux côtés de Susan se trouve Nancy (Miranda Hart), aussi spéciale que son amie, n’ayant jamais été sur le terrain et n’étant pas formée pour. Cela dit, Susan va certainement vous étonner. Suite à la disparition de Fine, Susan est prête à tout pour le venger, et entraîne Nancy. Susan sort enfin de son bureau pour affronter les ennemis, ce qui donne lieu à des scènes épiques. D’ailleurs, dans le rôle de la méchante, Rayna, incarnée par Rose Byrne (vue la série Damages ou les films Mariage à l’anglaise et Mes meilleures amies) ne redore pas l’image de la femme, étant vêtue comme une catin, et critiquant tout et tout le monde, d’un ton sarcastique. Par ailleurs, l’espion qui doit venir à la rescousse de Susan, Aldo, se trouve être un obsédé sexuel (ou pas, on a un petit doute à la fin…). Malgré cela, les personnages féminins sont les plus intéressants du film. Comme le dit l’adage, les apparences sont souvent trompeuses.

SPY-11307.CR2

Attention spoiler (cliquez pour ouvrir)

Spy se présente comme une parodie, dans la même veine que Kingsman (mais en moins bien, selon moi), mais le danger reste réel. Ce n’est pas le style de films qui me séduit normalement, par cet humour extrêmement trash. Toutefois, le retournement de situation est assez comique, et pendant 2h, l’humour règne en maitre.

SPY-10916.CR2

Pour finir, voici des photos de la rencontre avec le réalisateur Paul Feig et les acteurs Melissa McCarthy et Jason Statham après la projection presse du film:

Critique review conference presse film Spy-3

Critique review conference presse film Spy-8

Critique review conference presse film Spy-9

Related posts:



Cinéma / musique, Loisirs | 4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires pour “[Critique] Spy

  1. Sweety

    Hello!! J’aime beaucoup ta critique et vu que j’avais déjà envie d’aller le voir en salle, c’est un regard particulier sur les rôles féminins que je vais jetter! Bises

    Répondre